Lettre ouverte à la hiérarchie de l’éducation nationale

Les enseignant·e·s sont au travail, faîtes-leur enfin confiance !
mardi 24 mars 2020
par  SUD Education 63

Depuis lundi 16 mars, les personnels de l’éducation nationale font tout ce qui est en leur pouvoir, individuellement et collectivement pour que le lien des élèves avec l’école perdure.
Il serait bon que toute la hiérarchie de l’éducation nationale parte de ce constat. Ce serait peut- être enfin le début d’une véritable Ecole de la confiance.
Dans une période aussi difficile pour toute la population il est important de s’appuyer sur le professionnalisme de chacun·e. Les personnels de l’éducation nationale remplissent une mission de service public et ils et elles sont soucieux de cela. Ils et elles n’ont nul besoin de rappels incessants de hiérarchies visiblement inoccupées.
La suspension, pour une durée actuellement indéterminée, de l’accueil des élèves pousse nécessairement toutes les équipes enseignantes à s’interroger sur les meilleurs moyens d’établir une continuité qui permettrait d’en limiter l’incidence sur les apprentissages durant cette période. Le travail conduit dans ce cadre ne saurait évidemment suffire à compenser ce qui aurait pu être fait en classe en présence d’enseignant·e·s.
Nous savons d’autre part que les dispositifs numériques présentés comme devant faciliter la tâche des enseignant·e·s ne présentent pas l’efficacité attendue. Disons-le clairement, tous les serveurs de l’Éducation nationale saturent. Contrairement à ce que dit Jean-Michel Blanquer, rien ne fonctionne convenablement. De plus, quand on explore les liens envoyés par des inspecteurs et/ou recommandés par le ministère, on constate que ce qui est proposé dans certaines disciplines et niveaux est très pauvre, et n’est en réalité d’aucune aide, ni pour les enseignant·e·s ni pour les élèves, y compris dans le fameux « ma classe à la maison ».
Observons au passage que l’administration déconseille certains outils de communication aux enseignant·e·s car ils ne respectent pas la RGPD (protection des données), mais l’outil institutionnel « ma classe à la maison » fourni par le CNED, donc le ministère, ne vaut guère mieux : serveurs hébergés par Amazon, et solution technique fournie par une entreprise américaine, Blackboard, dont les conditions générales imposent aux utilisateurs, élèves et enseignant·e·s, de lui abandonner ses données.
Pour les personnels au travail, l’objectif consiste à maintenir chez nos élèves une habitude de travail et une familiarité avec les connaissances. Cette approche doit permettre que la reprise d’apprentissages puisse être aussi rapide que possible dès que la réouverture des établissements aura été décidée.
Dans l’attente, SUD éducation se félicite de l’esprit d’initiative de la profession et appelle tous les personnels à prendre soin d’eux-mêmes et de leurs proches.
De ce fait, SUD éducation appelle les personnels à ne pas suivre la consigne de la hiérarchie sur les déplacements en points relais.
Les courriers du recteur et du Dasen sur ce point, s’ils sont conformes aux propos du ministre représentent un danger pour les familles et les personnels à qui le gouvernement demande par ailleurs de rester à leur domicile.
Les propos incessants du ministre, souvent contredit par le gouvernement et par lui-même le jour suivant, et leur déclinaison à l’infini par les différentes hiérarchies de l’éducation nationale, ne peuvent que rajouter à l’anxiété du moment. Les enseignant·e·s sont au travail, foutez-leur la paix.

Lettre ouverte à la hiérarchie

Navigation

Articles de la rubrique

  • Lettre ouverte à la hiérarchie de l’éducation nationale

Agenda

<<

2020

 

<<

Avril

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
303112345
6789101112
13141516171819
20212223242526
27282930123
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois