Retrait de la loi travail : Grève nationale interprofessionnelle

Jeudi 28 avril 10h30 place du 1er mai
mardi 26 avril 2016
par  SUD Education 63

Nous sommes toutes et tous concerné-es

Le projet de loi Travail est une attaque sans précédent contre les droits, contre les garantis collectives et individuelles des salariés du privé. Avec ce projet, la hiérarchie des normes est inversée : un accord d’entreprise pourra donc s’appliquer même s’il est moins favorable que le Code du travail. C’est un renversement complet de perspective, désastreux pour le monde du travail.

Une régression pour l’éducation nationale aussi

Nos lycéen-nes et nos étudiant-es ont bien compris que ce projet de loi leur dessinait un avenir fait avant tout de précarité perpétuelle. Le projet de loi concerne aussi directement les salarié-e-s de notre secteur. Les contrats de droit privé dans l’Éducation nationale relèvent totalement de cette loi. Les dispositions de la loi Travail s’appliqueraient directement à tous les personnels précaires en CUI (certain-e-s AESH, personnels de vie scolaire, aides à la direction…).
Cette réforme touche aussi les personnels fonctionnaires et contractuels de droit public, en effet, la 4ème partie du code du travail relative à la santé et à la sécurité au travail s’applique directement dans la fonction publique. Les prérogatives de la médecine du travail seraient revues à la baisse c’est dire…

Le statut de fonctionnaire dans le viseur

Par ailleurs, ce projet fait écho à de nombreuses réformes ou projets en cours dans l’Éducation nationale. Il ouvre sans aucun doute la voie à une remise en cause du statut de la fonction publique au nom de « l’égalité de traitement »
Un regard sur les précédentes « réformes » suffit à comprendre que toutes les attaques contre les salarié-e-s du privé finissent par retomber sur le secteur public. Prenons l’exemple des retraites : en 1993, Édouard Balladur attaque les retraites du privé puis, en 1995, Alain Juppé essaie d’étendre cette « réforme » au secteur public et recule sous la pression de longues grèves. C’est finalement François Fillon qui imposera la retraite à 40 annuités de cotisation au public en 2003.
Voilà comment on attaque les droits des salarié-e-s : on attaque d’abord le privé puis on attaque le public en prétextant qu’il est privilégié. Le projet de loi Travail opère de la même manière : on attaque le CDI et le Code du travail, une fois la loi passée, on pourra attaquer le statut des fonctionnaires.

Toutes et tous, rejoignons la grève nationale interprofessionnelle

Ni amendable, ni négociable,Retrait de la loi Travail

Manifestation 10H30 Place du 1er mai à Clermont-Ferrand

16H au Centre municipal Richepin, rue Jean Richepin Assemblée Générale des grévistes de l’Education Nationale


Documents joints

PDF - 110.6 ko
PDF - 110.6 ko

Agenda

<<

2017

 

<<

Novembre

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
303112345
6789101112
13141516171819
20212223242526
27282930123
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois