Déclaration au CHS-CT du 3 décembre 2015

vendredi 4 décembre 2015
par  SUD Education 63

Effectifs et conditions de travail

Effectifs et conditions de travail
Les effectifs de classe trop chargés constituent l’un des facteurs identifiés de mal-être pour les élèves comme pour leurs enseignants. La fatigue nerveuse et la charge de travail sont fortement augmentées lorsque les classes sont surchargées ; la chose n’est pas nouvelle même si elle est ignorée de l’administration de l’éducation nationale. Au contraire, avec un effectif raisonnable, l’ambiance de classe est plus calme, le comportement des élèves s’améliore, ils sont plus attentifs et plus engagés dans leurs apprentissages.
Le sentiment de ne pas accomplir correctement son travail, le stress et la fatigue
engendrée par le bruit, l’agitation et le manque d’attention des élèves, génèrent de la
souffrance au travail, cette souffrance que l’administration a bien du mal à reconnaître.
Réforme des « rythmes scolaires », réforme du collège, nouveaux programmes,
éducation civique et morale… l’État prétend résoudre les difficultés des élèves à l’École en empilant des réformes qui ne transforment rien et sont autant d’injonctions. Sur le terrain, nous savons pourtant, que sans une réduction des effectifs d’élèves dans les classes il n’y aura pas d’amélioration pour les élèves et encore moins pour les personnels.

Coup d’accélérateur sur les PPMS
Le 26 novembre 2015 paraissent au BO les circulaires n° 2015-205 et 2015-206 du 25-11-2015 sur la mise en place du Plan Particulier de Mise en Sûreté face aux risques majeurs (PPMS). Depuis, arrivent aux personnels, des injonctions les pressant d’effectuer des exercices de mises en sûreté et de rédiger des PPMS dans l’urgence.
Cela n’est ni possible ni souhaitable.
Cela n’est pas souhaitable car les questions relatives à notre santé, à notre sécurité et à nos conditions de travail ne peuvent pas être traitées par notre hiérarchie par
quelques mails transférés et renvoyant chacun à un formulaire à remplir.
Ce n’est pas possible car nous ne sommes pas compétents pour mettre en place, sans formation, des exercices de confinement ou rédiger un PPMS qui doit être élaboré d’après des documents pour la plupart inconnus et qui requièrent le partenariat de nombreux acteurs extérieurs (La préfecture, La commune, La DDE, Le centre de secours, EDF GDF, Météo-France et Radio-France).
La circulaire indique que « Les écoles et les établissements doivent se préparer à
affronter et gérer ces événements de la manière la mieux appropriée. » Cela ne peut se faire en un mois et ce n’est pas aux directrices et directeurs d’école de « remplir » de manière isolée et dans l’urgence un document dont ils pourraient être tenu-e-s
responsables.
D’ailleurs la circulaire précise que « L’élaboration des PPMS nécessite une implication forte des recteurs d’académie et des IA-DASEN, en liaison avec les préfets. Les autorités académiques mobilisent les personnes ressources dont elles disposent et mettent en place les dispositifs de formation appropriés pour faciliter la généralisation du dispositif. »
Pour SUD éducation cette réaction d’urgence montre bien l’énorme importance du
travail à mener à long terme sur la santé et la sécurité au travail car dans ce domaine
la précipitation n’est pas la bonne méthode. C’est donc au recteur et à l’IA-DASEN de
mettre en œuvre une politique de prévention visant à assurer la sécurité et des
conditions de travail améliorées en s’en donnant réellement les moyens et en
permettant aux personnels d’y participer sur leur temps de service.


Agenda

<<

2017

 

<<

Janvier

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
2627282930311
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
303112345
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois