Contre la précarité

audiences à la préfecture et au rectorat
vendredi 6 octobre 2017
par  SUD Education 63

Les organisations appelant au rassemblement contre la précarité du mercredi 5 octobre ont été reçues en audience, compte-rendu à lire ci-dessous.

Compte-rendu de la rencontre avec la rectrice

Après avoir insisté un certain temps devant le rectorat, suite au rassemblement, une délégation intersyndicale a été reçue par madame le Recteur et le secrétaire général mercredi 5 octobre.
Les pétitions signées par environ 700 collègues, qui marquent leur désaccord à recourir à des contractuel-le-s pour pallier la pénurie d’enseignant-e-s pour cette année scolaire, ont été remises en mains propres à Madame le Recteur.
Madame le Recteur justifie ce manque d’enseignant-e-s, non pas par des moyens budgétaires en baisse donc par un choix politique, mais par un problème de « calibrage » entre académies, terme employé à plusieurs reprises mais qui n’a pas été défini clairement : savant mélange de départs à la retraite plus ou moins anticipés, problèmes d’inéats/exéats, …. Ce problème de « calibrage » empêcherait également d’ouvrir la liste complémentaire, d’où la décision de faire appel à des contractuel-e-s sans formation ou presque (3 journées) mais motivé-e-s et dynamiques (propos de Madame le Recteur) donc aptes à enseigner : 28 sur des remplacements courts à partir du 12 octobre.
Pour l’année scolaire prochaine, Madame le Recteur a annoncé qu’il n’y aurait pas de recrutement de contractuel-le-s (nous serons vigilant-e-s), le passage d’un certain nombre d’écoles à la semaine de 4 jours entraînerait une baisse de demandes de temps partiels, cela semble vrai pour un certain nombre d’académies. Et si ce n’est pas suffisant, il faudra envisager une diminution des temps partiels pour convenance personnelle dans l’académie, même si Madame le Recteur ne trouve pas cette solution satisfaisante, mais il faudra évidemment « calibrer » !
Nous ne mettons pas en cause la loyauté de Madame le Recteur mais il nous est permis de douter quand on connait la facilité avec laquelle l’administration fait appel depuis de nombreuses années à des contractuel-le-s donc des emplois précaires, dans le secondaire par exemple.

Compte-rendu de l’audience à la préfecture

La délégation intersyndicale a été reçue par le directeur du cabinet du préfet et par une stagiaire de l’ENA, au sujet de la suppression des contrats aidés.
Les contrats aidés dans l’éducation nationale sont reconduits : AESH, aides administratives, aides à la sécurité, aides à la surveillance, …Les contrats aidés dans les conseils départementaux sont maintenus, de même que les contrats qui relèvent de l’urgence sanitaire et sociale.
Il y a malgré tout 12 000 suppressions (10% de l’enveloppe nationale) de contrats aidés dans la région Auvergne – Rhône Alpes, mais il y aura une étude cas par cas pour bien prendre en compte les particularités de chacun-e, les personnes « fragiles » seront prioritaires. Un accompagnement individuel de ces personnes « remerciées » sera mis en place.
On nous laisse donc entendre que tout va bien dans le meilleur des mondes mais bien sûr il n’est pas envisagé d’offrir à ces personnes un emploi statutaire avec une réelle formation alors que leur présence sur les différents lieux de travail a prouvé leur efficacité.
SUD Education s’est toujours prononcé pour la création de vrais emplois et non pour des emplois précaires à moindre coût.


Agenda

<<

2017

 

<<

Octobre

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
2526272829301
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
303112345
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois