Comité académique des rythmes scolaires

SUD éducation se retire
vendredi 16 octobre 2015
par  SUD Education 63

Vendredi 13 novembre se tiendra à nouveau le Comité Académique des Rythmes Scolaires. Au niveau académique ou départemental, le but de ce comité est d’accompagner localement et de suivre la mise en place de ces nouveaux rythmes. Par l’intermédiaire de ces comités académiques et départementaux, le ministère de l’éducation nationale voudrait laisser penser que l’enjeu de cette réforme se situe au niveau local. Laisser croire que quelques ajustements de terrain pourraient gommer les soucis et les inégalités engendrés par cette réforme relève davantage du mensonge que d’une réelle volonté de dialogue.

Pour SUD éducation, L’enjeu est national et le débat doit se porter au niveau national, c’est-à-dire à l’échelle à partir de laquelle tout a commencé. Cette réforme qui est davantage une réforme des horaires qu’une véritable réforme des rythmes scolaires n’était, dans la forme retenue, demandée par personne et aujourd’hui elle ne satisfait pratiquement personne.
Les PEDT (Projet Éducatifs Territoriaux) seront généralisés à partir de cette année. Sans PEDT, aucune aide de l’Etat à destination des municipalités. Ces derniers devront inclure un volet laïcité et citoyenneté et « proposer aux élèves un parcours scolaire cohérent ». On peut en douter quand on constate que les activités périscolaires deviennent payantes dans certaines communes. Dans d’autres, elles se résument à de la garderie ou sont carrément inexistantes, faute de moyens. Quant aux subventions gouvernementales promises, PEDT ou pas, leur intégralité n’a même pas encore été versée aux communes qui ont mis en place la réforme dès 2013.
Il est où, « l’intérêt des élèves » ?
Le MEN prévoit d’articuler cette réforme à celle des programmes de l’école primaire présentés en septembre 2015 pour une mise en œuvre à la rentrée 2016. Avec autant d’organisations hebdomadaires que de communes, voire que d’écoles, on voit mal en quoi va consister cette articulation. Certainement un nouveau casse tête pour les équipes enseignantes…
Qui peut encore croire le ministère de l’éducation nationale quand il dit se soucier de la réussite des élèves au travers de sa réforme des rythmes alors qu’il organise le calendrier annuel en soumettant le temps scolaire aux intérêts de l’industrie du tourisme ?
Les élèves et les personnels travailleront ainsi dans la dernière période de l’année scolaire entre 10 et 12 semaines selon les zones, loin de l’alternance entre 7 semaines de classe et 2 semaines de vacances souvent vantée. Au regard des déclarations du ministère sur les rythmes des enfants, ce calendrier scolaire est un scandale, une marque supplémentaire du mépris affiché face aux revendications des personnels.
De la poudre aux yeux
Sur une réforme contestée par une majorité d’enseignants et qui organise l’inégalité entre les territoires, le ministère continue d’avancer à marche forcée (PEDT, calendrier annuel). Par ces comités il tente de maintenir l’illusion d’un dialogue social. Il s’agit bien davantage d’occuper les organisations syndicales dans des « usines à gaz » sans poids sur la réalité.
Nous, SUD éducation avons dénoncé la réforme Peillon, nous avons mobilisé contre cette réforme parce que nous pensions et continuons de penser qu’elle ne constitue pas un outil réel dans la lutte contre l’échec à l’école. Pour voir, nous avons quand même participé aux premières réunions de ce comité. Nous avons vu. Nous ne participerons donc plus à cette illusion.


Agenda

<<

2016

 

<<

Septembre

>>

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
2930311234
567891011
12131415161718
19202122232425
262728293012