Comité académique de suivi de la mise en place de la réforme sur les rythmes scolaires

Mardi 14 octobre 2014- Compte-rendu
vendredi 17 octobre 2014
par  SUD Education 63

L’enjeu de ces comités académiques est de faire remonter fin juin leurs conclusions quant au bien-fondé de l’expérimentation Hamon qui vise, entre autres, à un assouplissement des modalités de la mise en place des nouveaux rythmes scolaires.

Ainsi, cette réunion avait pour but l’élaboration d’une grille d’évaluation de ces « expérimentations » (ce qui fonctionne bien, ce qui ne fonctionne pas, quel intérêt pour les élèves). Le représentant de SUD Éducation 63 a indiqué que le véritable enjeu n’était pas d’évaluer les récents assouplissements mais la réforme dans sa globalité, et donc d’évaluer l’ensemble des bouleversements qui ont eu lieu depuis la réforme Peillon. Il a également été rappelé que SUD Éducation restait opposé à la philosophie d’une réforme décentralisée où chaque mairie est renvoyée à elle-même.

Le représentant de la DRJSCS (Direction Régionnale de la Jeunesse, des Sports et de la Cohésion Sociale) d’Auvergne s’est inquiété du « potentiel associatif local non exploité » qui pourrait alimenter les TAP dans les différentes communes. Le représentant de SUD Éducation a rappelé que le tissu associatif était très décousu, notamment dans le monde rural et que les seules bonnes volontés ne suffiraient pas à combler une inégalité engendrée par la réforme elle-même (qui met en exergue les inégalités territoriales).

Certaines écoles seront choisies pour faire partie d’un panel représentatif qui servira à remplir les grilles d’évaluations. Chaque département devra réunir un comité dont la mission sera d’élaborer une grille d’évaluation, puis l’académie fera la synthèse des 4 départements (Allier, Cantal, Haute-Loire, Puy-de-Dôme), qu’elle fera remonter au ministère et qui fera une synthèse des synthèses…
Le représentant de SUD Éducation s’est inquiété de la pertinence d’une grille à l’échelle départementale (et non nationale) qui va de fait limiter une étude scientifique valable : comment dégager des critères communs si chaque grille est différente dans chaque département ?

Une association des parents d’élèves a exprimé son regret que les parents ne s’investissent pas suffisamment dans cette réforme, puis a argué de la nécessité d’user de pédagogie envers les parents pour qu’ils comprennent le bien-fondé de la réforme.
Le représentant de SUD Éducation 63 a indiqué que la faute n’incombait pas aux parents qui peuvent être en désaccord avec la réforme et non pas en manque d’intérêt pour celle-ci.

Pour finir, le représentant de SUD Éducation 63 a eu l’occasion de s’exprimer sur le fait que nombre de dysfonctionnements inhérents à la réforme elle-même en démontrent déjà les limites :

  • groupes d’enfants dans les TAP souvent trop chargés, du fait du manque de moyens et donc de personnel ;
  • fatigue importante des enfants ressentie par nombre de collègues ;
  • absence de formation des ATSEM, auxquel-le-s on demande de s’arranger pour que les enfants de maternelle fassent le distinguo entre l’ATSEM sur le temps scolaire et l’ATSEM animateur-trice des TAP sur le temps périscolaire !
  • activités « prétextes » pauvres du point de vue pédagogique qui se transforment bien souvent en garderie où les enfants s’agitent et donc se fatiguent ;
  • problèmes de locaux où les TAP investissent la classe et où l’enseignant doit faire les corrections ou les APC dans le couloir !

Pour SUD Éducation 63, l’évaluation des ajustements de la réforme Hamon n’a pas d’intérêt et vise en réalité faire oublier la réforme Peillon elle-même (autrement dit la mise en place des nouveaux rythmes depuis 2 ans).


Agenda

<<

2017

 

<<

Novembre

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
303112345
6789101112
13141516171819
20212223242526
27282930123
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois